Dani - La Petite Reine

Publié le par Gabonia Maria Madeus

Dani - La Petite Reine

 

               La jeune femme attendait patiemment sur son lit d’hôpital. Dans un couffin, posé sur le lit, un petit bébé en pyjama mauve, dormait paisiblement. Une infirmière rentra dans la pièce, un grand sourire ému aux lèvres. « Alors, Mme Rajane, c’est le grand jour ? On ramène la petite, et c’est toute une autre vie qui commence… ». Ses yeux étaient presque larmoyants. Elle sourit et émit un petit rire nerveux et essuyant ses yeux avant de dire : « Excusez-moi, je suis toujours émotive quand les mamans s’en vont… ». Mme Rajane sourit à l’infirmière, et le bébé émit un petit son ensommeillé. L’infirmière, devant la petite et ses mimiques, versa une petite larme. Tout à coup, la porte de la chambre s’ouvrit et un grand jeune homme entra, dans son gros manteau bleu. Il donna à Mme Rajane un manteau noir qu’il avait apporté et couvrit le couffin. « Il pleut. » expliqua-t-il. Les deux femmes acquiescèrent d’un mouvement de tête. Mme Rajane se leva et embrassa l’infirmière, qui avait d’abord salué le jeune homme. Ce dernier avait pris le couffin et le sac noir à pois roses qui se trouvait par terre. Il déposa un baiser sur la joue de Mme Rajane et ils partirent.

                « Fais attention en la mettant dans le siège, Lee. » lança Mme Rajane avec un ton inquiet. Lee répondit qu’il faisait attention, qu’il ne pouvait pas ne pas faire attention. La jeune femme monta à l’arrière, avec le bébé, qu’elle ne voulait pas quitter des yeux, tandis que Lee conduisait. Ce dernier, tout le long de la route, conduisait très lentement. Le nourrisson, qui dormait tranquillement ne se réveilla que lorsque la voiture s’arrêta devant une petite maison aux volets bleus. Lee sortit le premier et ouvrit la portière de la jeune femme, avant de prendre son sac et d’ouvrir la porte de la maison. Il posa le sac aux pieds des escaliers qui se trouvaient juste en face de la porte et ressortit de la maison en courant, pour prendre la petite de son siège et la reposer dans le couffin. « Gina, tu veux de l’aide ? ». La jeune femme releva la tête et répondit avec un petit sourire « Non, ça va aller, mon chéri, occupe-toi seulement de la petite. ».

 

                Lee et Gina étaient main dans la main devant le berceau de la petite fille qu’ils venaient de ramener de l’hôpital. Lee passa sa main devant la bouche et le nez de l’enfant et soupira. « J’ai l’impression qu’elle va s’arrêter de respirer… Elle a l’air tellement paisible… » dit-il en regardant Gina. Elle se tourna vers lui et l’entoura de ses bras, caressant doucement sa nuque. Elle soupira, à son tour, avant de dire, tout doucement « Elle va bien, Liam. ». Le jeune homme sourit, l’air inquiet persistant tout de même sur son visage. Il demanda à Gina de s’allonger et de se reposer, et lui annonça qu’il avait préparé une salade d’été, et qu’ils pourraient manger au lit en regardant « la petite ».  Il sourit en rougissant légèrement, puis, après avoir déposé un chaste baiser sur le front de Gina, descendit les escaliers quatre à quatre.

                Il remonta avec un plateau sur lequel étaient disposés deux verres d’eau fraîche et deux assiettes de salade de pâtes. « La petite a fait un petit bruit adorable… » lui dit Gina avec un sourire ému. Lee esquissa un sourire avant de s’en vouloir d’avoir raté cela. « Ne t’en fais pas, on a toute une vie pour l’entendre faire des petits bruits… » lui répondit Gina. La pièce sentait l’hôpital et les affaires neuves, ainsi que les magasins pour bébés et futures maman. Une légère odeur venait d’envahir les narines de Gina, qui se rendit compte qu’elle avait faim. Elle devait manger, car elle allaitait le nourrisson.  Liam lui demandait sans cesse si elle avait besoin de quelque chose en particulier. Il était inquiet et voulait s’assurer qu’il s’occupait suffisamment d’elle et de leur fille. Le nouveau-né de mit à gigoter et à émettre des bruits de mécontentement avant de se mettre à pleurer. Liam sauta sur ses pieds et la prit dans les bras. Il la changea et la berça avant de la reposer doucement sur le berceau. Il restait quelques minutes au dessus d’elle, vérifiant quelques fois qu’elle respirait bien. Lorsqu’il se retourna vers Gina, celle-ci s’était déjà endormie.

 

                Le lendemain, Lee et Gina furent réveillés à 7h par le nourrisson affamé. Ils avaient peu dormi : la petite s’était réveillée à 11h, puis 1h32, puis 4h23, et maintenant 7h06. Chaque fois qu’elle se réveillait, Lee et Gina avaient du mal à la remettre au lit. Elle aimerait rester dans leurs bras. Gina prit la petite dans ses bras et se mit dans le lit pour allaiter. Lee, à peine éveillé, se redressa et aida sa femme à se placer confortablement. « Danielle » lança Liam. La jeune femme ne réagit pas. Il répéta plus fort en interpellant la jeune mère « Géraldine, qu’est-ce que tu penses de Danielle ? ». Gina tourna la tête vers Liam. « J’aime beaucoup… Je pensais à quelque chose comme Inès, moi… ». Lee eut l’air de réfléchir pendant plusieurs minutes. Il sourit et rit un peu avant de dire « Moi, quand j’étais gosse, je voulais appeler mes enfants Cleopatra et Balthazar. ». Géraldine le regarda dans les yeux. Elle lui sourit et regarda la petite fille qu’elle nourrissait. Elle déposa une légère caresse sur le petit crane duveteux du nourrisson. « Pourquoi pas Danielle Inès Cleopatra ? Je sais qu’on avait dit qu’on donnerait les noms de nos mères pour les deuxième et troisième prénoms, mais.. Ca a un charme… ». Lee haussa les sourcils en regardant tour à tour la petite, puis Gina. Un sourire se dessina sur son visage. « T’as raison, Danielle Inès Cleopatra, c’est plutôt classe. ». Géraldine releva Danielle et lui fit faire son rot. Elle la posa délicatement sur le lit pour la contempler, et Lee ouvrit de grands yeux affolés. « Elle va pas tomber, là ? », dit-il tandis que Gina lui adressait un regard noir et amusé, tout en secouant la tête. Puis elle soupira en prenant la main de la petite fille et répéta : « Danielle Inès Cleopatra… Oui, j’aime bien. Vendu ! On pourra même l’appeler Dani, c’est trop mignon… ».

                La petite Danielle venait de fêter sa première semaine de vie. Les grands-parents, les cousins, les cousines, les oncles et tantes étaient tous venus rencontrer la nouvelle venue. C’était une occasion pour Lee et Gina d’annoncer le prénom complet de la petite Danielle que tout le monde déjà surnommait Dani. Alors que Liam tenait sa fille dans ses bras, Gina, qui s’était assise, un verre d’eau à la main, leva son verre en annonçant : « A notre fille Danielle Inès Cleopatra Rajane ! ». Les invités, un peu surpris, levèrent leurs verres et burent un peu. Les questions fusèrent. Pourquoi Inès ? Pourquoi pas les prénoms des deux grands-mères ? Et surtout : pourquoi Cleopatra ? N’est-ce pas un peu ridicule comme prénom, même si c’est un troisième prénom ? Liam expliqua leur cheminement et, les esprits éclairés, chacun félicita le couple et se fit peu à peu à ces prénoms particuliers. Les deux grands-mères vinrent alors à la rencontre du couple. « Qui a eu l’idée de Cleopatra ? », demanda en souriant la mère de Géraldine. Liam, avec un sourire timide, leva le doigt. « Mais, d’où est-ce que ce prénom t’est venu ? » s’exclama sa propre mère en riant.

Et Lee répondit : « Je ne sais pas… Cléopatre a marqué les esprits… Et elle était jolie… Et puis tout le monde n’a pas Cleopatra en guise de troisième prénom ! Et… Dani, c’est un peu ma petite reine à moi, il fallait bien que je trouve un moyen pour que tout le monde le sache… »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article