Nuances et variations - Colore

Publié le par Gabonia Maria Madeus

Nuances et variations - Colore

     Dani s'était emparée d'une douzaine de pots qu'elle avait placés dans un grand panier. Elle ne savait pas encore l'usage qu'elle ferait des douze couleurs, mais elle se disait qu'elle pourrait improviser. Elle savait qu'elle devait descendre plus de couleurs au bar et qu'Hugo arriverait bientôt pour l'aider. Elle plaça le panier près de la porte.

     Elle avait demandé à Hugo de la rejoindre dans l'appartement. Elle retourna dans sa pièce favorite, son petit atelier personnel, où gisaient encore plus d'une quarantaine de pots colorés et regarda attentivement chaque couleurs. De quoi d'autre aurait-elle besoin ? Elle voulait mettre des centaines de couleurs dans son oeuvre, des couleurs humaines, des couleurs surnaturelles, des couleurs puissantes. Elle voulait faire voyager les gens à travers un monde coloré. Comment ne choisir qu'une petite vingtaine de couleurs..?

     Les pas d'Hugo qui montait l'escalier raisonnaient dans tout l'appartement. L'écho qui s'emparait de l'habitation dès que la porte s'ouvrait était incroyable. Dani se retourna. Hugo avait enfilé une salopette bleue par dessus une chemise à carreaux. Ses cheveux n'étaient pas coiffés et reposaient sur sa tête, tout ébouriffés. Il avait une allure d'artiste ce matin, et Dani se demanda si elle renvoyait d'elle la même image.

- Alors ? Demanda Hugo.

- Il y a un panier devant la porte. Il faudrait le descendre en bas...

- A vos ordres, chef !

     Dani se mit à rire. Elle s'empara de quatre autre pots, pris au hasard dans le tas, et descendit avec le jeune homme.

 

- Combien de temps il nous reste, déjà ? Lança Hugo qui appliquait sur le mur un bleu de minuit envoûtant. Deux heures, c'est ça ? On aura jamais fini....

- Le but c'est pas de tout finir maintenant. Mais faut avoir bien avancé quand il rentrera...

- Mais il sait que...

- Bien sûr que non ! C'est une surprise, Hugo...

- Et tu crois qu'il appréciera que tu aies fait ça sans lui demander ?

- Peins et tais-toi, lui ordonna Dani qui n'avait pas de réponse à la question posée.

 

     Dani et Hugo avait remonté les pots de peinture et les pinceaux sales et attendaient maintenant, cachés derrière le comptoir qu'Alexis rentre dans son bar. Ils avaient tout juste terminé leur ouvrage, et même si Dani aurait sûrement quelques retouches à faire, elle était contente de ce qu'ils avaient créé.

     Le bruit d'une clé dans une serrure se fit entendre, et la porte s'ouvrit. Quelqu'un alluma les lumières, et Dani se releva soudainement.

- Surprise ! Cria t-elle.

     En face d'elle, Alexis n'en revenait pas. Il souriait béatement en regardant tout autour de lui. Son bar semblait enfin être à son image. Dani vint le rejoindre, et Hugo se releva lui aussi pour les accompagner dans leur contemplation.

 

     Le mur derrière le comptoir était peint d'un gris fer épais, et les murs de droite et de gauche d'un bleu de minuit parfait. Dani avait dessiné, sur le mur de droite, Pandore, la première femme crée par Zeus pour se venger des Hommes qui avaient obtenu le feu grâce à Prométhée. Elle était peinte d'un blanc crème, ses joues étaient colorées d'un rose pastel et ses yeux étaient bleus comme le ciel et semblaient briller grâce à une petite touche de blanc déposée dans chaque iris. Sa nudité était cachée par un voile blanc doté de reflets de jaune impérial. Ses cheveux étaient d'un brun épais, et les reflets roux et or donnaient à la chevelure un aspect soyeux. Elle semblait extraordinairement humaine. Elle tendait les bras vers le mur gris. Sur ce mur gris, Dani avait peint la boîte de Pandore, connue de tous. La boîte était immense, et entourée d'une espèce d'aura d'un vert rayonnant et d'un jaune étonnant. Elle était peinte en bleu très foncé, presque noir. Des ornements prestigieux de toutes les couleurs la recouvraient. Enfin, sur le mur de gauche, Dani avait peint Prométhée offrant le feu aux Hommes. A genoux, Prométhée est peint nu, et tenant un feu flamboyant dans ses mains. Le mélange d'un jaune paille, d'un orange vif et d'un rouge feu créait l'image très réelle d'un véritable brasier. Devant Prométhée se tenait Alexis, peint lui aussi d'une manière très réaliste. Au loin, tout au fond du mur, Epiméthée l'observait.

     Dans cette explosion de légendes et de couleurs, Alexis n'en revenait toujours pas.

 

     Dans les jours qui suivirent, Alexis fit changer le nom du bar. Maintenant, à la place de ce que l'on appelait autrefois « Le Bar On » se tient « La Boîte de Colore ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article