Avec quelqu'un.

Publié le par Gabonia Maria Madeus

J’aurais voulu que quelqu’un soit là. J’aurais voulu qu’on me prenne dans les bras, qu’on me serre si fort que j’aurais pu me sentir étouffée. J’aurais voulu être avec quelqu’un, avoir quelqu’un à côté de moi pour lui donner la main. J’aurais voulu oublier la solitude, j’aurais voulu ne pas la remarquer, ne pas être affectée. J’aurais voulu me dire que c’est pas grave, qu’on est mieux seule que mal accompagnée… Ce qu’on dit, en général, quand on a décidé plus ou moins consciemment d’ériger une barrière (plus ou moins hermétique) entre nous et le reste du monde. J’aurais voulu bien le vivre, ne pas avoir besoin de téléphoner à mes parents tous les deux jours pour me sentir moins seule. C’est pas que mes parents ne sont pas chouettes, heureusement qu’ils sont là… C’est juste nul de n’avoir qu’eux à qui parler. Et encore. On dit pas tout à ses parents. J’aurais voulu que quelqu’un soit là, tout près de moi. Qu’on se tienne la main dans la rue, ou qu’on joue à cache-cache comme des gosses au jardin publique. Qu’on fasse du shopping, ou qu’on se regarde les yeux dans les yeux. Un amant, un ami, une copine, un lien.

Je voudrais que quelqu’un soit là. Je voudrais qu’on me touche la joue, qu’on joue avec mes cheveux. Je voudrais que quelqu’un me tienne la main, et reste à côté le temps que je me calme. Je voudrais que mes yeux puissent croiser ceux de quelqu’un d’autre, qu’ils croisent une autre teinte de bleu, du vert, ou peut-être bien du brun. Je voudrais qu’on me regarde pleurer sans rien dire, qu’on comprenne, qu’on me fasse rire. Je voudrais sentir une épaule contre la mienne, une présence à mes côtés, sans avoir besoin de vérifier. Je voudrais parler, mais pas dans le vide, écouter, mais pas le vide. Je voudrais lire des choses sur le visage de quelqu’un, deviner ce qu’il pense, sans qu’il ait à m’expliquer. Je voudrais sentir mon cœur battre, mais pas seulement de colère ou de désespoir, pas seulement les soirs tristes. Je voudrais arrêter de me taire, parler aux gens, parler aux inconnus, aux gens heureux ou à ceux qui sont aussi en colère. Je voudrais que quelqu’un soit là, à côté de moi, lui tenir la main et me sentir bien. Je voudrais que quelqu’un me voit, et le voir aussi.

J’aimerais bien me moquer de sa coiffure bizarre, ou de sa barbe mal rasée. J’aimerais bien lui demander pardon, et exiger des excuses, même si elles sont bidon. J’aimerais bien qu’on se dispute pour rien et qu’on regrette, ou pas. J’aimerais bien que quelqu’un soit là pour me convaincre d’adopter un chien (et puis comme ça, quelqu’un sera là quand je ne le serai pas). J’aimerais bien avoir quelqu’un à présenter à ma famille, à mes amis, quelqu’un de spécial, qui resterait un temps secret. J’aimerais bien qu’on me parle, des soucis, de l’été, des cascades et des ratés. J’aimerais bien en parler. J’aimerais bien prendre une pelle et casser les barrières, pour apprendre à vivre et aimer. J’aimerais bien chanter plus fort et savoir danser. J’aimerais bien que quelqu’un soit là mêler à la mienne sa voix, et danser les même pas que moi. J’aimerais bien me dire que j’en ai pas besoin, que je suis bien comme ça, mais je n’y arrive pas. J’aimerais bien que quelqu’un soit là pour me dire de tenir bon, et je lui dirais « Ta gueule », mais il m’en voudrait pas parce qu’il penserait que des fois je pète les plombs mais que ça passe toujours. J’aimerais bien regretter d’avoir dit « Ta gueule ».

Je voudrais bien retrouver cette chanson triste qui arrive toujours à combler le vide et la solitude. Aujourd’hui, je l’ai pas retrouvée. J’aurais voulu que quelqu’un soit là pour me la donner. J’aurais voulu que quelqu’un soit là pour me donner la chanson, un baiser sur le front, et me laisser m’enfermer dans ma chambre sans protester. Au moins, j’aurais su qu’il y avait quelqu’un de l’autre côté, pour quand je me sentirai mieux, et qu’il suffisait d’ouvrir la porte pour s’envoler (façon de parler).

C’est pas un appel à l’aide ou une petite annonce sur leboncoin, mais… Je voudrais vivre bien un truc. Avec quelqu’un.

Publié dans Vie, Divers, Nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article