Mes reflets...

Publié le par Gabonia Maria Madeus

Mes reflets...

      Au loin, à travers la vitre, je vois la ville. Bleue, plongée dans l’obscurité, sage, docile. Avec ses ballons de lumière accrochés à la terre goudronnée, la ville… Comme prête à être foudroyée, ou prête à vivre. Au loin, je vois la tendre fumée des usines bientôt abandonnées. Plongées dans le noir, ocres et sanglantes. Prêtes à sourire avant de cracher leurs dernières fumées épaisses, et de mourir doucement. La ville est dans sa nuit, éteinte et lumineuse à la fois, comme une étoilée filante au creux des bras du ciel. Les usines toussotent un peu, bercées par les folies passagères des quelques rares automobiles qui les longent en quête du chemin. A travers la vitre, je vois l’étendue sombre des immeubles collés serrés, dansant au son des grillons des parcs de banlieues. Ils ont de petits escaliers en colimaçon, aux marches comme les touches d’un piano désaccordé, et de petites fenêtres qui vivent au rythme du monde. La ville les engloutit presque, les perd dans son bordel bétonné, quand les usines les enfument. Au loin je vois ces parcs verts, tous un peu fanés de certains côtés, un brin de respiration dans tout ce gris ambiant. Et le terrain de basket, envahi par les brins d’air, tout coincé dans une nature stressée, partagé entre la fumée grise et les arbres verts qui cohabitent autour. Au loin, je vois les grues orangées des chantiers obscurs, qui mettent au monde. Au loin, à travers la vitre, je vois cette artère de lumière, ce flot continu de petits points jaunes et blancs se frayant un chemin au milieu des immeubles, usines, grues, parcs et autres volatiles terrestres.

      A travers la vitre, tout près, je vois mon reflet. Glacial, presque fâché. Bleu pâle, à cause de la lumière de mon écran dans le noir de mon appartement. Mon reflet, comme un fantôme flottant dans les airs… Là, tout près, mon reflet m’observe. Comme stupéfait de la ressemblance. Il a un air interrogateur, méfiant. Ses cheveux ondulent sur ses épaules. Ma main se porte jusqu’à mes cheveux. Doux. A travers la vitre, je vois mon reflet. Une petite dame boulote, toute entière de verre, aux cheveux ondulés. Un reflet, de bleu et de gris, comme une photographie, d’ombres et de pluie. A travers la vitre, j’imagine un autre reflet. Un reflet qui prend la main du mien. Froid, translucide, d’ombres et de gris, de bleu et de pluie. Sa main est forte, longue, et serre celle de mon reflet, comme pour ne pas le laisser s’envoler… Un reflet est si vite soufflé, emporté par le vent… Là, tout près, je m’imagine un autre reflet, collé au mien. Comme les immeubles qui dansent au loin. Les deux reflets, main dans la main, éclairés par la lueur pâle de mon écran dans le sombre de l’appartement… Qui tournent, divaguent lentement en un slow silencieux, improvisé à travers la vitre, dans l’obscurité du soir… Fragiles, et délicats.

      Ecrasée entre les crachats des usines et les grillons chantants des parcs, la vitre fendue brise les reflets. Mon reflet imaginé s’envole avec les étoiles, en petites poussières articulées. La ville reprend son droit. Bleue, sage, docile. Et moi je reste là à regarder mon reflet brisé. Bleu, tordu désormais, glacial, et presque fâché. Au loin, tout au loin, à travers la vitre cassée, je vois le ciel scintiller, enveloppé dans cette poussière raffinée que ma vitre fendue a laissé s’échapper… Et je vois.

      Les étoiles ne seraient-elles donc que des reflets brisés ?

Publié dans Nouvelles, Poésie, Vie, Visuel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article