Les questions sans réponses.

Publié le par Gabonia Maria Madeus

               Y’a des temps, comme ça, qui sont plus durs que d’autres. Là, y’a les morsures du froid et le souffle du vent, y’a les trottoirs gelés, les odeurs tristes des feuilles mortes sur la chaussée. Ça n’est rien grave, ça n’est rien de méchant… Et pourtant c’est comme si tout me faisait mal.

Qu’est-ce qui a tout gâché ? Qu’est-ce que j’ai bien pu faire ? Pourquoi eux, et pas moi ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Où est-ce que ça a merdé ? Quand est-ce que ça a merdé ? Pourquoi ça a merdé comme ça ? Qu’est-ce que je dois faire pour que ça change ? Qu’est-ce que je dois dire, et à qui ? Est-ce que c'est de ma faute ? Pourquoi c’est comme ça ? Est-ce que j’ai dit quelque chose ?

               C’est comme si tout me faisait mal. Je pleure, sans m’arrêter. J’ai la sensation de tout laisser sortir, enfin, et alors même que ma poitrine est vide de tout, alors même que mon cœur semble se tordre sur lui-même, ça me fait un mal de chien. Là, y'a la lumière jaunâtre, et les souvenirs vieillots que j’ai collé au mur pour me rattacher aux petites parcelles de vie que je croyais honnêtes, l’odeur des haricots, mon écharpe qui sent la poussière… Y’a des temps qui sont plus durs que d’autres. Et ça fait mal. Ça fait mal quand je pleure, et ça fait mal quand je souris. Quand mes lèvres gercées s’étirent, elles saignent, ça pique, et quand les larmes salées que mes yeux laissent tomber coulent sur mes joues, elles semblent tout brûler sur leur passage… C’est comme si tout me faisait mal.

A qui en parler, et quoi dire ? Est-ce que tout est de ma faute ? Mais qu’est-ce que je pourrais bien dire ? Est-ce que j’ai le droit d’être en colère ? Est-ce que j’ai le droit de me plaindre ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal, et quoi ? Quand est-ce que ça a merdé ? Pourquoi pas moi ? Qu'est-ce que je dois faire pour y arriver ? Qu'est-ce que je devrais dire ? Qu’est-ce qui a tout gâché ?

               Y’a des temps comme ça, qui sont plus durs que d’autres… Où les questions sans réponses donnent un goût amer aux choses, et aux souvenirs des ecchymoses.

Publié dans Vie, Divers, Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article