Ses mots

Publié le par Gabonia Maria Madeus

Ses mots

Il me manque ses mots. Qu’est-ce que je pourrais bien y faire ?

Quelques fois, dans le froid de ma chambre, et dans les ombres de la nuit, seulement éclaircie par les lanternes lointaines, il me manque juste ses mots. Sa voix. Sa voix qui se pose contre ma joue, alors que le ciel se voile de rose. Comme une petite étincelle dans ce ciel qui déteint, sa voix qui me dit que tout va bien. Je me dis que c’est idiot. Que je suis toute petite, que mes pieds lourds s’attaquent au sol toujours avec nonchalance, que je frissonne à la moindre petite chose. Je me dis que c’est idiot, et que je ne sais même pas expliquer ce qui me pousse vers tout ça… Mais je sais qu’avec ses mots, ses gestes, son sourire, je me sens grande, et que tout à coup, mes pieds ne sont plus aussi lourds, et que j’ai moins peur des choses. Puis tout s’évanouit et je me dis à nouveau que c’est idiot, que ça n’est pas pour moi. Mais ses mots me manquent. Quand tout s’accélère et que je voudrais partir, quand je regrette tout, quand j’ai la sensation de n’être rien, quand la pluie qui s’insinue dans mon dos me glace. Il me manque ses grands gestes, son rire, sa maladresse. Il me manque un peu de lui quand tout est gris. Mais il me manque surtout ses mots. Il me manque du temps. Je ne sais rien, alors que je voudrais le savoir par cœur. Mais je me dis que c’est idiot… Que, moi, je ne pourrais jamais être cette fille-là. Que mon cœur ne sait pas plus aimer qu’il ne sait être seul, et qu’il ne tiendra jamais. Et dans ces moments-là, il me manque juste ses mots, sa voix, son regard.

Qu’est-ce que je pourrais bien y faire ?

Publié dans Divers, Nouvelles, Poésie, Vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article