Fragments de déclaration... - Juin 2018

Publié le par Gabonia Maria Madeus

Ce n’est pas un au revoir,

Car cela n’existe pas dans ce monde-là,

Dans un mois, un an, un matin, un soir,

C’est promis, on se rappellera.

On se dira nos vies,

On rira comme si on ne s’était pas quittés,

Ce sera comme un rêve sans être endormis,

Ensembles autour de nos guitares accordées.

On aura nos souvenirs,

Pour colorer nos esprits,

Pour pleurer encore et toujours de rire,

Comme pour prendre tout ce qu’on avait pas pris.

Et parce qu’on a trop ri et trop pleuré,

Non, ce n’est pas un au revoir,

Ni un adieu le coeur serré,

C’est un “Plus tard”,

Le coeur léger.

 

Et si des "je t'aime" ne suffisent pas,

On entendra encore longtemps l'écho,

La résonance parfaite de nos voix,

Pour encore se tenir chaud...

Dans cet hiver forcé,

Cette absence normale,

Ces jours qu'on apprendra à ne pas compter,

Pour éviter de se faire un peu de mal,

En attendant de se retrouver,

En attendant les rires que l'on connait si bien,

On se souviendra de nos chants entremêlés,

Parce qu'on n'oubliera rien de rien...

C'est difficile, ce soir,

Car j'ai peur du lendemain...

Peur de rester seule dans le noir,

Peur de me tromper de chemin...

J'ai la triste sensation de voir partir,

Une partie de moi,

De chansons et de rires,

Dans chacun de mes "toi"...

Mais je sais qu'il reste dans mon coeur,

Caché et protégé,

Un soleil de petits bonheurs,

Pour chaque sourire qui voudrait s'effacer...

 

Publié dans Poésie, Vie, Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article