Il y a bien longtemps...

Publié le par Gabonia Maria Madeus

Il y a bien longtemps...

Larmes de vie,

Qui se mêlent à la pluie,

Dans les fougères, par delà les près

Où le soleil vient se coucher

Elles sont salées comme l’eau de mer

Où l’on allait nager naguère

Ces petites larmes qui trempent mes joues

Maintenant que je suis à genoux…

 

J’ai le souffle court et je

Ne peux plus continuer ainsi, je

N’ai plus de parapluie et mes chaussures sont mouillées

Je cours à travers la pluie en espérant l’éviter

Les parterres de fleurs sont désormais fanés

Et le soleil ne se lève plus jamais

Les temps heureux se sont écoulés

Comme ces gouttes de pluie que j’ai versé…

 

Plus de promenade sous le temps gris,

Sur la digue plus aucun amant épris,

Les bancs sont sages et inoccupés

Comme si la terre entière s’était fâchée,

Et les vaguelettes bleues désenchantées

Se sont fracassées auprès des rochers,

Là on l’on marchait dans le temps,

Châteaux de sable et cerfs-volants

 

Larmes de vent,

Qui passent avec le temps,

Dans mon jardin d’enfant,

Où j’ai passé mes printemps

Les arbres sont tombées

Et ma balancelle s’est cassée

Les enfants ont grandi

Encore tombe la pluie…

 

J’ai les matins lourds, et je

Voudrais ne plus m’éveiller, je

Ne m’émerveille plus de rien

Et je ne retrouve plus mon chemin

C’est comme si l’hiver m’était resté

Au fond de la gorge à m’empêcher de parler

Mes mots se fondent à haute voix

Ils coulent de ma bouche et je me noie…

 

Plus de ballades main dans la main,

Les arbres sont morts il n’y a plus rien

Les ruisseaux calmes se sont asséchés

Le silence et le vide se sont installés

Et le doux chant des oiseaux de soleil,

A cédé sa place aux abeilles,

Qui piquent mon coeur doucement,

Là où l’on marchait, il y a bien longtemps.

 

Publié dans Poésie, Visuel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article