A mon Etoile...

Publié le par Maria Madeus

Je me souviens de ces regards gênés,
De petites larmes que j'ai versé.
Je me rappelle ces nuits d'été,
En colère, je l'ai été.
De cet ouragan de douleur,
On ne se remémore que la peur,
Qui nous a arraché tant de cris,
Lors de ces, désormais solitaires, nuits...

Mais il me semble bien,
Qu'entre milles hommes je ne douterais de rien :
Qu'entre tous ces visages je reconnaitrais le tien,
Mais qu'entre milles femmes tu ne saurais quel est le mien...

Je me souviens des torrents,
Se déversant sur mes joues pendant de longs moments,
Et de ces hurlements de terreur, où
Il me semblait être loup...
Je me rappelle ces insomnies,
Quand, toi, tu étais déjà endormi.
Je me souviens cette brûlure au cœur,
Qui animait ma rancœur...

Et il me semble bien,
Qu'après cent ans je ne douterais de rien :
Entre milles portraits je saurais quel est le tien,
Alors que tu aurais oublié le mien.

Je me souviens des tristes musiques,
Ecoutées les soirs d'orage, terrifiantes mais magnifiques,
Et je pensais ces soirs-là,
Que je n'oublierai pas...
Je me rappelle de ce désir qui m'habitait,
Et de ce fantôme qui me hantait...
Je me souviens des rires,
Et de ces moments où je savais encore sourire...

Mais il me semble malheureusement,
Que ces souvenirs d'un autre temps,
Qu'ils survivent vingt, cents ou milles ans,
N'auront pas leur place dans des cartons de déménagement.

Je me souviens de notre complicité,
A tout jamais envolée,
Et de tous ces moments où j'ai regretté,
De ceux où pleuré.
Je me rappelle de ton sourire, tu sais,
Comme s'il ne m'avait jamais quitté,
Et je me rappelle de tes mots, de notre chemin,
Mais tout est maintenant si loin...

Mais il me semble pourtant,
Que quelques fois, de temps en temps,
Surgit dans mon esprit innocent,
Les ruines d'un amour d'enfants.

Poème écrit en Janvier 2012.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article