Des suspensions.

Publié le par Maria Madeus

Une chouette chanson. Pas la meilleure du siècle, mais agréable. (Aucun rapport avec le sens du poème ci-dessous, même si je me suis servie de cette musique pour écrire ce poème...)

 _____

 

Qu'est-ce qu'on donnerait ?

Qu'est-ce qu'on ferait ?

Pour un baiser sous la pluie,

Romantisme exacerbé et menthes à l'eau,

Bordel, qu'est-ce qu'on donnerait ?

Pour un sourire dans un couloir,

Illusions, rêves et balivernes !

Qu'est-ce qu'on pourrait donner ?

Pour un baiser qui s'ra oublié dans les flaques d'eau,

Où la menthe se noie,

Romantisme mielleux à la poubelle,

Illusions brisées, rêves envolés.

 

On évite le temps.

 

Tout pour un sourire.

Tout pour la pluie dans les champs de blé,

Tout pour des soupirs,

Des soupirs qui n'en finissent plus de résonner.

Tourne, tourne, tourne,

L'ouragan emporte tout,

Tout, la pluie, le temps, les fous !

Tout, tout, tout tourne !

Le chaos s'adapte partout.

 

Le coeur serré.

 

Le temps passe, repasse, amasse,

Amasse encore les oubliés,

Oubliés par le temps, parce que pas le temps

De penser un peu à ceux là,

Ceux qu'ont vécu, qui se sont enflammés,

Qu'on a préféré lâcher,

Au lieu de sourire un peu.

 

On ferme la porte en partant.

 

Alors quoi ?

On vient plus sous le soleil du printemps,

On préfère la pluie et les copains d'avant,

Les sucreries et les dessins d'enfants,

Les beaux nuages bleus en forme d'éléphants,

On préfère revivre,

Le temps qui repasse,

On oublie de vivre,

On préfère, on trépasse.

 

Parce qu'on en a assez.

 

Alors quoi ?

On préfère crever plutôt que d'aimer ?

Tout pour pas assez !

On préfère se taire plutôt que de parler ?

Tout pour rien !

On préfère s'effacer,

On oublie d'exister.

 

D'oublier.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article