Je veux dire à l'aurore.

Publié le par Gabonia Maria Madeus

 
 
Pour un petit brin de soleil, déposé comme un murmure sur ma peau, et l’odeur exquise de l’herbe fraîchement coupée.
Pour un petit moment de vide, perdue entre ciel et terre, quand l’orage au loin s’éteint.
Pour une seule larme de printemps, traçant son chemin.
Je veux dire à l’aurore de rester dorer un instant à l’orée du jour.
D’attendre encore.
 
Pour le goût salé des promenades en bord de mer, et la sensation du sable s’insinuant entre mes doigts de pied.
Pour l’arc-en-ciel, divaguant dans les nuages, et la lumière qui le suit et l’efface.
Pour le chant des oiseaux, naviguant entre les arbres.
Je veux dire à l’aurore de rester dorer encore à l’orée du jour.
D’attendre un instant.
 
Qu’un moment soit figé le ciel, comme l’eau qui gèle se fige.
Que l’écho de l’orage ne s’éteigne jamais sous le soleil.
Que la nuit s’enlève.
Que le temps s’arrache à nous.
 
Que l’aurore soit toujours belle, comme éternelle, cachée au coin du jour.
Pour nous offrir nos plus doux souvenirs.
Je veux lui dire de dorer encore à l’orée du jour, l’aurore, de dormir encore.

 

Publié dans Poésie, Vie, Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article