Entretemps : Les belles personnes.

Publié le par Gabonia Maria Madeus

          Je les vois. Ils ne sont pas beaucoup, mais j’en vois partout. Les gens beaux. Les belles personnes. Les véritables belles personnes. Celles qui guettent une larme de silence aux coins de tes yeux… Et qui restent te tenir la main quand tu ne penses pas en avoir besoin. Elles marchent sur l’eau, comme si tous les secrets de l’univers tenaient au creux de leurs mains. Elles ont, semble-t-il, le goût sucré de la vie, la douce mélodie des moments de nostalgie sans pour autant l’amertume, tristesse déguisée des jours de pluie. Et toi, tu es là, tout petit, coincé dans ta propre peau, et tu attends. Tu attends, sagement, ou seulement apeuré. Tu restes, tu attends, comme si le temps s’était figé au fond de ta poche. Tu n’es qu’un simple passant, mais tes pieds ne bougent plus, non, tu ne passes plus… Tu penses à ces gens, ces belles personnes qui vont éveiller la ville, comme on dérange la nuit, au moment venu. Tu penses au reflet de la lune au fond de l’étang, le chant du matin quand le petit jour nous revient… Et tu les observes, de ton petit coin de terre caché, de ta petite rue solitaire. Ces belles personnes qui déposent doucement dans le cœur des gens la douceur qu’ils cherchaient depuis tant et tant d’années, qui trouvent en chacun une petite étoile à faire scintiller quand bien même tout espoir avait été abandonné. Moi aussi je suis cachée. Je les vois, être belles, être simplement elles sans comprendre. Je sais que tu attends ton tour. Tu attends. Qu’elles viennent te tendre la main, juste un court instant, juste le temps que la lumière revienne, juste le temps que s’envole la peine… Aux immenses colères, pardi !, se déroberont enfin les doux matins de paradis… Et ta vie, ta toute petite vie sera plus simple, alors… Alors… Tu attends. Que vienne enfin la douceur. Que viennent les étoiles qui scintillent dans les plus sombres moments.

          Et crois-tu, qu’une fois sauvés, nous irons, nous aussi, trouver aux coins des rues, quelques passants la main tendue pour chercher dans leurs yeux quelques étoiles perdues, chantant les jours heureux en attendant, qu’enfin quelqu’un attrape leur main et dépose sur leur chemin quelques perles de douceur pour faire battre leurs coeurs ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article